Polyarthrite rhumatoïde

Des personnes de tous âges sont atteintes de polyarthrite rhumatoïde, une forme d’arthrite. On compare parfois cette maladie inflammatoire des articulations à un incendie. Un feu qu’un traitement doit calmer avant qu’il ne cause des dommages.

De quoi s’agit-il ?

Le mot arthrite est un terme général qui englobe plus d’une centaine d’affections. La polyarthrite rhumatoïde est l’une d’entre elles. Il s’agit d’une maladie causant une inflammation chronique de la membrane qui entoure l’articulation.

Toutes les articulations du corps peuvent être touchées, mais au début de la maladie, on observe plus fréquemment une atteinte aux mains, aux poignets, aux coudes, aux pieds, aux chevilles, aux genoux et aux épaules. L’atteinte des articulations est souvent symétrique, par exemple, les deux genoux ou les deux poignets. Plusieurs articulations peuvent être touchées au même moment. À long terme, l’inflammation chronique peut entraîner la destruction des articulations et leur déformation. Ces dommages sont permanents.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie dite « auto-immune ». L’inflammation est déclenchée par le système immunitaire qui ne reconnaît plus ses cellules et qui attaque les articulations. Plus rarement, d’autres organes peuvent également être attaqués par le système immunitaire, comme les poumons et le cœur. 

On ne sait pas encore exactement ce qui cause la polyarthrite rhumatoïde, mais certains facteurs de risque sont connus, par exemple :

  • le tabagisme;
  • les antécédents familiaux;
  • le sexe; en effet, les femmes sont de 2 à 3 fois plus touchées que les hommes.
  • l’âge; le risque augmente en vieillissant même si des personnes de tous les âges sont touchées.

Bien qu’elle soit moins fréquente que l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde est l’une des formes d’arthrite les plus courantes : on estime qu’au Canada, 1 adulte sur 100 en est atteint.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Les symptômes et l’évolution de la maladie varient beaucoup d’une personne à l’autre. On ressent généralement de la douleur et de la raideur au site atteint. Une enflure peut également être présente. Souvent, la raideur est ressentie durant au moins une heure au réveil et les symptômes sont pires après une période de repos. À l’inverse, les symptômes diminueront en intensité lors de mouvements.

Les symptômes ne sont pas seulement localisés au site atteint. Les gens atteints de polyarthrite rhumatoïde ressentent souvent une fatigue généralisée.

Elles peuvent également faire de la fièvre ou encore présenter une perte d’appétit.

Un rhumatologue, médecin spécialiste des maladies touchant les articulations, est souvent appelé à confirmer le diagnostic et à établir le traitement. Il est important de dépister et de traiter rapidement la maladie pour limiter l’apparition de lésions articulaires permanentes.

Quel est le traitement de la polyarthrite rhumatoïde ?

Même si à ce jour on ne peut guérir cette maladie, le traitement vise à soulager la douleur, à réduire l’inflammation, à améliorer la mobilité des articulations et à freiner l’évolution de la maladie. On cherche à atteindre une rémission, c’est-à-dire une période entre deux crises où la personne atteinte peut fonctionner le plus normalement possible et ne ressent presque plus aucun symptôme de la maladie.

Il est important de commencer le traitement le plus rapidement possible suivant le diagnostic, afin d’éviter que la maladie ne cause des dommages irréversibles.

Les habitudes de vie

L’adoption de saines habitudes de vie fait partie intégrante du traitement.

  • Atteindre ou maintenir un poids santé.
  •  Faire de l’activité physique régulièrement renforce les muscles entourant l’articulation affaiblie et aide à maîtriser la douleur. Il est parfois difficile de se convaincre de bouger lorsqu’on a mal, mais les bienfaits ressentis vous motiveront sans doute à continuer. Évitez toutefois de surmenez vos articulations. Un professionnel de la santé (médecin, ergothérapeute, physiothérapeute ou kinésiologue) peut vous aider à établir un programme d’activités qui vous convient.
  • Avoir une alimentation saine et équilibrée apporte à l’organisme les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement. De plus, en association avec l’activité physique, cela aide à atteindre et à maintenir un poids santé.

L’application de chaleur ou de froid

  • Des compresses chaudes ou froides appliquées sur l’articulation douloureuse peuvent aider à diminuer la douleur, l’enflure et la raideur articulaire. Cette méthode est sécuritaire et peut être utilisée régulièrement. Consultez votre pharmacien ou votre médecin pour savoir quel type de compresse appliquer sur votre articulation. N’appliquez jamais une compresse froide directement sur la peau pour éviter une engelure.

Les médicaments

Dans le but d’atteindre une rémission le plus rapidement possible, on entreprend désormais très tôt un traitement agressif associant plusieurs médicaments qui jouent chacun un rôle précis.

  • Pour diminuer la douleur et l’inflammation des articulations, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (couramment appelés AINS) peuvent être utilisés. Ces traitements peuvent être pris au besoin seulement, car ils ne préviennent pas l’apparition des lésions. On peut également recourir à des corticostéroïdes (communément appelés « cortisone ») pour réduire l’inflammation. Ils peuvent être injectés directement dans l’articulation ou pris par la bouche. Les corticostéroïdes sont plus souvent proposés en début de traitement, en attendant que les autres médicaments soient efficaces, ou encore lors de poussées (crises) de polyarthrite rhumatoïde. Ils sont généralement utilisés sur une courte période en raison de leurs nombreux effets indésirables à long terme.
  • Pour ralentir l’évolution de la maladie, on utilise dès le début du traitement des médicaments qui empêchent le système immunitaire d’attaquer les articulations. Pris très tôt dans la maladie, ces médicaments peuvent la maîtriser avant que des dommages ne surviennent. Ils peuvent également soulager l’inflammation et la douleur causées par la polyarthrite rhumatoïde. Des combinaisons de médicaments peuvent être nécessaires pour maitriser la maladie. Il faut faire preuve de patience, car leur efficacité peut se faire sentir de quelques semaines à quelques mois après le début du traitement. De plus, la prise de ces médicaments nécessite habituellement une surveillance étroite. En effet, certains d’entre eux peuvent diminuer la production de globules blancs ou de plaquettes, d’autres peuvent affecter le fonctionnement du foie ou des reins. Il est donc primordial de suivre à la lettre les recommandations de votre médecin et de votre pharmacien, d’aller à vos rendez-vous médicaux et de faire les examens recommandés par votre médecin.
  • Une autre classe de médicaments fait maintenant partie du traitement de la polyarthrite rhumatoïde : les agents biologiques. Ce sont des médicaments injectables qui modifient les réactions biologiques responsables de l’inflammation. Ils permettent donc de diminuer l’inflammation pour prévenir l’apparition de dommages causés par une inflammation prolongée. Cependant, ces médicament sont très coûteux et peuvent causer plusieurs effets indésirables, dont certains sont parfois graves. On y a donc recours uniquement lorsque les médicaments usuels ne parviennent pas à maîtriser la maladie. Ces médicaments nécessitent également une surveillance étroite. 

    Même lorsque la maladie est maîtrisée, il est nécessaire de continuer à prendre vos médicaments tels que prescrits afin de prévenir l’apparition de poussées (crises). N’arrêtez jamais de les prendre sans en parler d’abord à votre pharmacien ou à votre médecin.

La chirurgie

Si la maladie est invalidante et que les articulations ont subi une importante déformation, une chirurgie peut être envisagée. Il s’agit toutefois d’une solution de dernier recours.

Que penser des remèdes « miracles » ?

Plusieurs compagnies font la publicité de remèdes « miracles » pour soulager la douleur liée aux maladies articulaires, par exemple des bracelets, des diètes ou des produits de santé naturels. Bien que certains de ces produits puissent apporter quelque soulagement, la meilleure façon de maîtriser la polyarthrite rhumatoïde est l’utilisation de médicaments et l’adoption de saines habitudes de vie. 

 

 

La prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde

Jouez un rôle actif dans la prise en charge de votre maladie et participez aux décisions vous concernant. Lorsque l’on souffre d’arthrite, plusieurs gestes de la vie quotidienne deviennent douloureux, plus difficiles ou même impossibles. Fixez-vous des objectifs réalistes. Profitez des compétences des professionnels de la santé qui vous entourent (médecin, pharmacien, infirmier, physiothérapeute, ergothérapeute, psychologue, etc.). Ils peuvent vous aider à vous adapter à votre situation et à atteindre vos objectifs afin de maintenir votre qualité de vie et votre autonomie. Ils sont également là pour vous soutenir dans vos efforts. De plus, n’hésitez pas à aller chercher de l’aide auprès de votre famille, de vos amis ou d’autres personnes qui souffrent, eux aussi, d’arthrite.

La Société de l’arthrite aide les personnes atteintes d’arthrite et leur famille

 

 

Trouver une succursale